Zeineb ben hiba, une jeune architecte de 33 ans  s’est installée à Rodez il y a peu et s’est associée à son mari pour créer Tawla architecture.

Après cinq années d’études en école d’architecture à Paris, Zeineb commence à travailler dans des cabinets d’architectes parisiens pendant trois ans. C’est tout naturellement qu’elle a continué ses études pendant 1 an afin d’obtenir l’autorisation de délivrer un permis de construire. A 24 ans elle obtient  son diplôme d’état (Bac +5) en architecture. Commence alors une longue période de travail dans des cabinets parisiens. Ce travail ne correspondait plus à ses attentes, et l’autorité hiérarchique était devenue pour elle trop oppressante. Une envie d’indépendance plus forte que tout l’a amenée à s’associer avec son mari pour créer leur entreprise. Il y a deux ans Tawla architecture naissait à Rodez.

Pour Zeineb devenir cheffe d’entreprise était un défi personnel : montrer son influence dans un milieu essentiellement constitué d’hommes, ce qui n’est pas toujours facile. Elle avait également envie de gérer son organisation comme elle l’entend et ne pas voir ses choix remis en question. Travailler avec son mari fût pour elle un bon compromis.

Sur un chantier on s’attend pas à ce que ce soit moi” explique Zeineb. Dans l’inconscient des personnes, l’architecte est forcément l’homme et la femme n’est que la secrétaire ce qui peut donner lieu à des situations délicates. “ On pense que les femmes sont là pour faire le graphisme, le côté artistique du travail et les hommes supervisent le projet, souvent j’entends : «  ah oui, Monsieur, c’est quelqu’un qui est technique et madame va plutôt faire le dessin, la déco, les courbes » et au quotidien c’est la même chose. »

Malgré ces quelques difficultés, aujourd’hui Zeineb réussit à concilier parfaitement vie de famille et vie d’entrepreneur.

Marion Deves, Solenne Amalric

Publicités